Historique des présidences de l’ACFA

bandes_ACFA056

Historique de la présidence de l’ACFA

31_NOLETTE_D

2009-2013 Dolorèse Nolette, éducatrice

Dolorèse Nolette est originaire de Jean-Côté en Alberta. Elle habite maintenant à Edmonton. Mère de quatre filles, ses implications bénévoles ont été très nombreuses. Elle a entre autres été membre du CA de la Francophonie jeunesse de l’Alberta (FJA), présidente de la Fédération des parents francophones de l’Alberta (FPFA) et de plusieurs comités au fil des ans. Professionnellement, madame Nolette s’est consacrée au monde de l’éducation française. Elle a été enseignante, directrice adjointe, conseillère en orientation, conseillère pédagogique, directrice générale du Conseil scolaire du Nord-Ouest. En plus, elle a occupé le poste de directrice des affaires académiques et de la gouvernance au Campus St-Jean. Aujourd’hui, elle est directrice du Réseau provincial d’adaptation scolaire de l’Alberta. Elle a reçu le prix de gestionnaire de l’année en 2001 de l’ARC du Canada et le prix de reconnaissance Saint-Jean en 2006. Elle siège au CA provincial de l’ACFA parce qu’elle veut participer à la construction de la francophonie albertaine d’aujourd’hui. Madame Nolette est la présidente de l’ACFA depuis octobre 2009, mais siège au CA provincial depuis octobre 2004.

30_JOHNSON_J

2004-2009 Jean Johnson, homme d’affaires

Jean Johnson est natif de McLennan, a grandi à Donnelly et par la suite sur une ferme près de Guy, dans la région de Rivière-la-Paix. Ses parents sont des pionniers de la région. Père de trois filles et deux garçons, il est passionné de la francophonie albertaine. Monsieur Johnson a travaillé dans le domaine de l’éducation des adultes et en formation à distance tant en français qu’en anglais. Son rôle de leader communautaire l’a amené, entre autres, à occuper les fonctions de conseiller municipal, de président d’association provinciale en éducation des adultes et de membre fondateur d’une association de formation à distance en Alberta. Il tire sa révérence après cinq années à la présidence de l’ACFA.

29_CHAUVET_E

2001-2004 Ernest Chauvet, homme d’affaires

L’implication d’Ernest Chauvet au sein de la communauté francophone a apporté le développement de plusieurs projets. Il a entre autre participé à l’instauration d’enseignes bilingues à Legal, à Morinville et au centre-ville de Saint-Albert; il s’est également impliqué dans le projet d’intégration du français dans le journal mensuel de Legal. Ernest a été actif au sein des Chevaliers de Colomb pendant vingt ans et fut le président de l’ACFA de 2001 à 2004. Il avait auparavant occupé les fonctions de président et d’agent de développement à l’ACFA régionale de Centralta pendant quatre ans.

28_DALZIEL_S

2000-2001 Suzanne Dalziel, femme d’affaires

Native d’Edmonton, femme d’affaires, Suzanne fonda, parmi plusieurs autres commerces, la première agence de voyage bilingue en Alberta. Passionné du chant choral et de l’éducation musicale pour les enfants, Suzanne fut membre fondateur de l’Alliance Chorale Alberta.

 

En tant que présidente de l’ACFA, elle a été impliqué dans l’avancement du dossier de la Petite Enfance; et fut responsable de la création de deux nouveau secteurs a l’ACFA : soit le Patrimoine et Histoire et les Ressources Humaines. Elle initia la mise sur pied de la Fondation pour le leadership en témoignage de l’Honorable Pierre Elliot Trudeau.

 

Durant son mandat à l’ACFA, elle créa également le Secrétariat de l’Entente Canada-Communauté, participa au lancement du projet Dialogue, créa le Comité aviseur politique et organisa le 75ieme anniversaire de l’ACFA. Elle siégea également au Comité organisateur des Championnats mondiaux d’athlétisme qui ont eu lieu à Edmonton en 2001.

 

Source : Liliane Maisonneuve, gestionnaire du secteur Patrimoine et histoire

27_VILLENEUVE_L

1998-1999 Louisette Villeneuve, administratrice

C’est sous le mandat de Louisette Villeneuve que le gouvernement albertain crée, à la demande de l’ACFA, le Secrétariat francophone de l’Alberta. Le drapeau franco-albertain flotte pour la première fois à l’Assemblée législative. Le président de la Chambre accueille solennellement les représentants francophones de l’Alberta à l’occasion de la Semaine de la francophonie.

 

L’ACFA signe une entente en matière de développement des ressources humaines avec trois ministères provinciaux et quatre ministères fédéraux. C’est la négociation d’une deuxième entente Canada-communauté. L’Alberta prend le leadership d’un groupe de provinces pour négocier de façon concertée. Cette approche réussi et toutes les communautés francophones hors Québec bénéficient d’une augmentation de leurs ententes.

 

C’est la première fois qu’une représentante des francophones de l’Alberta fait partie de la délégation canadienne au Sommet des pays francophones qui se tient cette année-là à Moncton au Nouveau-Brunswick.

 

Source : Programme-souvenir 75e anniversaire, Célébrons notre fierté! Rond Point 19-20 octobre 2001

26_MOREAU_J

1995-1997 John Moreau, avocat

Sous la présidence de John Moreau, l’ACFA s’implique dans le processus pré-référendaire au Québec. La Campagne De Tout pour Taire un monde de l’ACFA concernant les compressions budgétaires est reprise au niveau national. Radio-Canada recule et décide de ne pas supprimer les bulletins télé provinciaux.

 

Le Comité Santé publie son répertoire des professionnels de la santé et des services sociaux. Le réseau FrancAlta devient la vitrine des francophones de l’Alberta sur Internet. L’ACFA facilite la création du Centre de développement musical.

 

Source : Programme-souvenir 75e anniversaire, Célébrons notre fierté! Rond Point 19-20 octobre 2001

25_DENIS_P

1993-1995 Paul Denis, consultant en investissement

C’est Paul Denis qui signe la première entente en compagnie de ses prédécesseurs Georges Arès, France Levasseur-Ouimet et Denis Tardif. Le processus de concertation, mis en place depuis quelques années, donne naissance au premier comité de l’entente Canada-communauté. L’ACFA crée un comité de développement économique, puis un sous-comité de tourisme. En 1997, le comité de développement économique deviendra La Chambre économique de l’Alberta. L’ACFA procède aussi à la création de la Fondation Franco-Albertaine. Les intervenants culturels se rencontrent sur une base annuelle pour créer une plus grande concertation. Il y a création d’un réseau de diffuseurs et d’un annuaire des artistes. Les vagues successives de compressions budgétaires affectent CHFA et CBXFT. L’ACFA entreprend une défense vigoureuse de la Société Radio-Canada.

 

Source : Programme-souvenir 75e anniversaire, Célébrons notre fierté! Rond Point 19-20 octobre 2001

24_TARDIF_D

1991-1993 Denis Tardif, éducateur et administrateur

L’ACFA devient un leader dans le dossier constitutionnel en établissant un partenariat avec le Conseil national des autochtones dirigé par le Chef Ron George, premier récipiendaire du Prix Ami de la francophonie albertaine. C’est l’époque de l’Accord de Charlottetown qui contenait une clause sur l’épanouissement et le développement des communautés francophones et acadienne. Cette période marque aussi le passage de la loi 8 qui octroie la gestion scolaire aux francophones.

 

Denis Tardif termine la négociation de la première entente Canada-communauté franco-albertaine. Parmi les projets négociés en vertu d’une entente séparée, notons: la construction de La Cité francophone à Edmonton et celle de l’aménagement d’un centre scolaire communautaire à Fort McMurray.

 

Source : Programme-souvenir 75e anniversaire, Célébrons notre fierté! Rond Point 19-20 octobre 2001

23_LEVASSEUR-OUIMET_F

1989-1991 France Levasseur-Ouimet, professeur

Sous la présidence de France Levasseur-Ouimet, l’ACFA entreprend la négociation de la première entente Canada-communauté. La Cour suprême du Canada rend son jugement dans la cause Mahé et c’est France Levasseur-Ouimet et Claudette Roy qui négocieront la gestion scolaire pour les francophones au sein duFrench Language Working Group présidé par Me Louis A. Desrochers.

 

L’ACFA permet à l’Alberta de se doter de la première politique sur les relations interculturelles avec son document « Pour mieux vivre ensemble ». C’est le début d’un rapprochement avec les autochtones. On appuie la création de l’Association multiculturelle francophone de l’Alberta (AMFA). Le dossier constitutionnel prend de l’ampleur. C’est aussi la première Fête Franco-albertaine au Lac Miquelon, le premier gala albertain de la chanson, les premiers prix d’excellence de l’ACFA. On met aussi en place les premiers mécanismes de la concertion.

 

Source : Programme-souvenir 75e anniversaire, Célébrons notre fierté! Rond Point 19-20 octobre 2001

22_ARES_G

1986-1989 Georges Arès, avocat

Le mandat de Georges Arès est très fertile en événements importants. La cause Mahé, puis l’Affaire Piquette font les manchettes. On demande alors au député néo-démocrate Léo Piquette de s’excuser pour avoir posé une question en français à l’assemblée législative. C’est le tollé. Plus de 400 francophones protestent devant le palais législatif albertain. Léo Piquette sera réintégré sans avoir à s’excuser.

 

C’est aussi l’époque de la cause Mercure. Le gouvernement albertain adopte en 1988 la loi 60 pour abolir les droits historiques des francophones de l’Alberta. L’ACFA prépare un plan global de développement et s’engage dans la négociation de la première Entente Canada-communauté.

 

Source : Programme-souvenir 75e anniversaire, Célébrons notre fierté! Rond Point 19-20 octobre 2001

21_LABERGE_M

1985-1986 Myriam Laberge, économiste et administratrice

En mars 1985, Myriam Laberge devient la première femme dans l’histoire de l’ACFA à occuper le poste de présidence générale. Elle s’est fixé comme objectif « le rêve d’une communauté francophone vivante », ce qui veut dire pour elle une « communauté qui excelle dans les domaines économique, politique et social. C’est là une définition très positive pour les francophones qui ont retrouvé leur légitimité avec le droit d’exister et de bien réussir en Alberta. »

 

Source 1 : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir
Source 2 : D’année en année de France Levasseur-Ouimet

20_GOYETTE_G

1983-1985 Guy Goyette, éducateur

Le domaine de l’éducation resta un dossier prioritaire. De nombreuses négociations furent entreprises avec le gouvernement provincial. Les pourparlers furent couronnés de succès puisqu’ils allaient aboutir en septembre 1984 à l’ouverture de l’école francophone Maurice-Lavallée à Edmonton.

 

L’Association mena aussi des démarches pour l’avancement du dossier sur l’éducation permanente, domaine que la Faculté Saint-Jean assuma peu après. Ce projet d’éducation aux adultes revêtait une importance capitale car il était lié au développement communautaire.

 

Il est décédé en novembre 2007.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

19_RENAUD_G

1982-1983 Gaston Renaud, professeur

M. Gaston Renaud est élu président de l’ACFA provinciale le 6 mars 1982.

 

Sous son mandat, la Commission culturelle continua à encourager l’épanouissement et la promotion du développement culturel des francophones de l’Alberta. De plus, sa présidence a permis de mettre à l’essai une nouvelle structure basée sur la consultation. Il a fallu alors incorporer les aspects de cette structure aux Statuts et règlements de l’Association.

 

Il est décédé le 23 juin 2010.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

18_LALONDE_R

1980-1982 Roger Lalonde, homme d’affaires

Il s’est préoccupé de la réforme constitutionnelle. Avec la Fédération des francophones hors Québec, il a en effet réclamé incessamment la reconnaissance du droit à l’éducation en français pour les minorités.

 

Il a également entamé des pourparlers avec la Faculté Saint-Jean pour établir les bases d’une extension de la présence de la Faculté dans nos régionales.

 

Il est décédé le 15 juillet 2011.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

17_BUGEAUD_J-P

1977-1978 Jean-Paul Bugeaud, médecin

Il s’attacha à deux grands dossiers primordiaux au sein de l’ACFA :

 

  • l’éducation
    Il a sensibilisé les francophones et les anglophones aux problèmes de l’éducation par des recherches et des études. Entre autres dossiers, il est responsable du mémoire présenté par l’ACFA à la Commission Pépin-Robarts en octobre 1977.
  • le domaine culturel
    On lui doit d’avoir mis sur pied en 1977 la Commission Culturelle.

 

« Ensemble nous avons travaillé avec sincérité et dévouement pour une cause qui nous tient à cœur. Nous n’avons pu réaliser tout ce que nous avions rêvé d’accomplir. Nous n’avons peut-être pas toujours pris les meilleures décisions, mais toujours nous avons agi de bonne foi », concluait-il dans son rapport de 1978.

 

Il est décédé en mars 1988.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

16_DUROCHER_H

1975-1977 Hervé Durocher, avocat

Il est connu, dans l’histoire des francophones de l’Alberta, pour son implication dans deux points chauds :

 

  • l’éducation
    Il s’impliqua dans les démarches auprès des gouvernements et de l’Université de l’Alberta pour l’achat du Collège Saint-Jean par l’Université, transaction qui assurait une éducation post-secondaire en français aux francophones de l’Alberta.
  • l’animation sociale
    Comme son prédécesseur, il développa le programme d’animation sociale dans les régions, qu’il considérait comme un important moyen de sensibilisation à l’Association.

 

Lors du congrès du cinquantième anniversaire de l’ACFA en 1976, il annonça la modification de la loi scolaire permettant l’enseignement en français à 80%.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

15_MCMAHON_F

1973-1975 François McMahon, professeur et doyen de la Faculté Saint-Jean.

Études au Collège St-Jean.

 

Il fut particulièrement innovateur dans deux domaines :

 

  • le développement des régionales
    Il donna la priorité à cette question. « Il y a encore beaucoup de travail à faire de ce côté-là, mais l’expérience vaut la peine d’être continuée car elle paraît prometteuse d’un avenir fructueux », concluait-il dans son rapport de 1975.
  • le développement de l’animation sociale dans les régions.

 

Source :Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

14_VANBRABANT_J

1971-1973 Jules Van Brabant, homme d’affaires et maire de Saint-Paul

Études au Collège Saint-Jean.

 

En mars 1971, le comité de candidatures de l’ACFA annonce que deux candidats se présentent à la présidence de l’Association : le Dr Joseph Moreau et Jules Van Brabant. C’est Jules Van Brabant qui l’emporte.

 

Il fut actif au niveau des communications. Il mena des pourparlers avec la Société Radio-Canada désirant acheter le poste CHFA et il négocia avec les Oblats pour la vente du journal Le Franco-Albertain à l’ACFA.

 

D’autre part, il s’impliqua dans des discussions avec la Société franco-canadienne de Calgary afin que celle-ci puisse devenir la représentante de l’ACFA à Calgary.

 

Mentionnons aussi qu’en 1972 et avec l’encouragement de l’ACFA, la caisse Francalta ouvrait à Edmonton sous sa présidence.En juin 1984, Jules Van Brabant reçoit un doctorat honorifique de la University of Alberta pour ses efforts et ses exploits.

 

Il est décédé en juin 2002.

 

Source 1 : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir
Source 2 : Le Franco 13 juin 1984
Source 3 : France Levasseur-Ouimet 1967

13_MOTUT_R

1969-71 et 1978-80 Roger Motut, professeur et vice-doyen

Études au Collège des Jésuites. En 1964, il est nommé vice-doyen de la Faculté des Arts et est également professeur de français au Département des langues romanes à l’Université de l’Alberta.

 

En avril 1968, c’est par un vote unanime que les membres de l’ACFA présents à l’assemblée générale de l’Association ont élu le Docteur Roger Motut à la présidence de celle-ci comme successeur de M. Gérard Diamond.

 

En février 1978, le Dr Roger Motut est élu président pour un deuxième mandat.

 

Ses présidences répétées ont apporté plusieurs victoires aux francophones de l’Alberta et ses champs d’action rentrent dans de multiples domaines.

 

  • les communications
    Il accomplit de nombreuses démarches pour améliorer le système des communications françaises en Alberta. Sous sa présidence en 1970, apparut la télévision française dans notre province. Roger Motut essaya aussi de trouver des solutions au financement du journal Le Franco-Albertain.
  • la culture et l’éducation
    Il favorisa le développement des manifestations culturelles et la création de plusieurs organismes, ce qui était possible grâce aux subventions du Secrétariat d’État. Il travailla en outre à divers dossiers sur les besoins des francophones dans le domaine de l’éducation.

 

Il est décédé le 6 février 2013.

 

Source 1 : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir
Source 2 : Le Franco-albertain avril 1969
Source 3 : France Levasseur-Ouimet

12_DIAMOND_G

1967-1969 Gérard Diamond, architecte

Ancien élève du Collège Saint-Jean et du Collège des Jésuites.

 

En juin 1967, M. Gérard Diamond devient président de l’ACFA pour remplacer le Dr Joseph P. Moreau. Il se trouve à un point tournant dans le financement de l’Association, ce qui l’amena à avoir de nombreuses discussions avec le Secrétariat d’État. Ces pourparlers allaient aboutir à un nouveau système de financement pour l’ACFA.

 

D’autre part, Gérard Diamond continua le travail de son prédécesseur dans le domaine des communications. Il accomplit en effet de nombreuses démarches, en collaboration avec André Miville-Déchène, afin d’obtenir la télévision française en Alberta.

 

Ajoutons que sous sa présidence en 1968, la loi scolaire de l’Alberta fut amendée, ce qui favorisa l’enseignement du français et ce qui permettait l’usage de cette langue dans les matières autres que le français et pour des périodes allant jusqu’à 50% des heures de classe.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

11_MOREAU_J

1966-1967 Joseph Moreau, médecin

Il continua les démarches faites pour l’amendement à l’acte scolaire de l’Alberta. Il entreprit, avec la collaboration de Louis Desrochers, des négociations afin d’obtenir la télévision française en Alberta.

 

En outre, il mit sur pied le Comité d’orientation sociale et économique dont le but était de trouver des solutions aux problèmes soulevés par l’urbanisation.

 

Source :Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

10_MAYNARD_L

1964-1966 Lucien Maynard, juge

Études au Collège des Jésuites et à l’Université de l’Alberta. Ministre des Affaires municipales puis procureur général de l’Alberta. Membre du Bureau des Gouverneurs de l’Université de l’Alberta. Longtemps un rôle actif dans le parti du Crédit social.

 

Quelques hauts faits de sa présidence :

 

    • Une nouvelle constitution avec la collaboration d’André Miville-Déchène et de Louis Desrochers.
    • Le Mémoire présenté à la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme (Laurendeau-Dunton).
    • Des démarches pour la fondation d’une compagnie d’assurances générales afin d’aider le financement de l’ACFA et d’encourager les francophones à mettre leurs revenus dans une compagnie canadienne-française.
    • La fondation de la Fédération des caisses populaires bilingues, organisme autonome mais soutenu par l’ACFA.

 

 

Il est décédé le 7 février 1996.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

09_DESROCHERS_L-A

1962-1964 Louis A. Desrochers, avocat

Études au Collège des Jésuites et au Collège Saint-Jean, Edmonton. Membre du Bureau des Gouverneurs de l’université de l’Alberta et Chancelier de l’Université de l’Alberta en 1970

 

Tout comme son prédécesseur, ses actions sont multiples et touchèrent plusieurs points essentiels dans l’histoire de l’ACFA. Dans le secteur de l’éducation, il fit de très nombreuses démarches pour faire reconnaître les cours du Collège d’Éducation de l’Université Laval à Saint-Jean par le gouvernement albertain et l’Université de l’Alberta. Cet enseignement resta toujours, à ses yeux « un outil fort important pour l’enrichissement de la cause française dans tout l’Ouest. »

 

Me Louis Desrochers a, en outre, apporté des modifications à la structure de l’Association en rendant le changement de présidents obligatoire après deux mandats et en augmentant le nombre des membres par un mouvement de laïcisation.

 

Il est décédé le 28 septembre 2015.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

 

.

08_MIVILLE-DECHENE_A

1955-1962 André Miville-Déchène, avocat et juge

Études au Collège des Jésuites et à l’Université de l’Alberta.

 

Ses champs d’action sont très nombreux et ont marqué l’histoire des francophones de l’Alberta. En voici quelques uns :

 

  • l’éducation
    Il s’impliqua dans les démarches pour faire reconnaître les cours du Collège Saint-Jean par l’Université de l’Alberta. Sous sa présidence, une succursale de la librairie Fides de Montréal ouvrit à Edmonton en 1960 et assura la vente des livres en français.
  • les communications
    Il persévéra dans la question de la télévision française en Alberta, un problème qui allait attendre encore quelques années avant d’être résolu.
  • le financement de l’Association
    Il étudia le plan économique d’assurance-vie qui devait fournir une sécurité familiale aux membres et donner des revenus à l’ACFA. On adopta le plan en 1959.

 

En 1963, Me André Miville-Déchène est nommé juge au banc de la Reine pour le nord de l’Alberta. Il est décédé le 21 mai 1992.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

07_PILON_J-O

1952-1955 Joseph-Oreux Pilon, homme d’affaires

En 1927, Joseph-Oreux Pilon est élu Commissaire des écoles séparées comme représentant pour la communauté francophone et il est réélu en 1934.

 

En 1935, les francophones fondent l’Association des commissaires d’écoles de langue française de l’Alberta (l’ACBA) et M. Pilon est élu le premier président. Il est réélu en 1939 et en 1944.

 

En 1938, M. J.-O. Pilon est élu président de la Commission scolaire des écoles séparées d’Edmonton.

 

Lors du 15e congrès général de l’ACFA tenu en avril 1952, M. Pilon, vétéran des questions scolaires de l’Alberta, est élu président général de l’Association.

 

Ses champs d’action restent traditionnels. Il défendit auprès du gouvernement provincial les droits des parents catholiques et francophones. Il est aussi responsable de divers amendements à la constitution de l’Association.

 

Source 1 : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir
Source 2 : D’année en année, France Levasseur-Ouimet

06_MOUSSEAU_L-P

1946-1952 Louis-Philippe Mousseau, chirurgien

Il continua l’œuvre du Dr Beauchemin dans le domaine des communications. Ses démarches en faveur de la radio aboutirent à l’ouverture du poste CHFA en 1949. En ce qui concerne l’éducation, il développa les visites dans les écoles et il favorisa l’ouverture d’un service de librairie à Edmonton.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

05_BEAUCHEMIN_L-O

1934-1946 Léon-Omer Beauchemin, médecin et homme d’affaires

Médecin et hommes d’affaires établi à Calgary. Études à Paris et à Chicago.

 

Il réussit à relever l’Association après une sérieuse crise et à lui donner de nouvelles directions. Voici quelques uns des ses champs d’action :

 

  • les communications
    Il fut l’un des principaux artisans du projet de la radio française en Alberta.
  • l’éducation et la culture
    Il a participé de très près à la naissance et au développement du comité permanent de la Survivance française en Amérique.
  • l’économie
    Il comprit l’importance de ce domaine et il fut l’un des premiers à lancer l’idée des caisses populaires francophones en Alberta.

 

Il est décédé en 1976.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

04_DUBUC_L

1932-1934 Lucien Dubuc, Juge en chef de la Cour du district d’Edmonton

Comme ses prédécesseurs, il se pencha sur la question de l’éducation. Grâce à ses démarches avec le ministère de l’Éducation, les francophones obtinrent un inspecteur de français dans les écoles.

 

Il fit lui aussi, face à un moment de crise financière, lié à la Dépression. En juin 1934, le congrès de l’ACFA ne réunit que 15 paroisses, le taux de participation le plus bas jamais atteint auparavant.

 

Il est décédé le 5 mars 1956.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

03_PETITCLERC_J-L

1928-1932 Jean-Louis Petitclerc, chirurgien

Premier à occuper la présidence pendant plus d’un an, il essaya de donner de la stabilité à l’Association et il présida à la fondation et au développement du journal la Survivance. Sous son mandat, l’ACFA eut de nombreux problèmes financiers liés à la crise économique et elle connut des moments critiques auxquels le Dr Petitcler dut chercher des solutions.

 

C’est aussi sous le mandat du Dr Petitclerc que l’ACFA prit en charge les concours de français dans les écoles et s’opposa ouvertement au bill Baker, projet de loi scolaire qui aurait diminué l’influence des parents francophones dans les conseils scolaires. Le projet fut défait à l’assemblée législative en 1929.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

.

02_BOILEAU_A

1927-1928 Adéodat Boileau, homme d’affaires

En 1909, Adéodat Boileau quitte son poste d’administrateur du Courrier de l’Ouest. Arrivé en Alberta en 1905 avec son père François-Xavier Boileau, la famille habite d’abord Duvernay puis, en octobre, s’installe à Edmonton où le père collabore avec le sénateur Roy et avec P.-E. Lessard à la fondation du journal. François-Xavier en est le rédacteur. Adéodat Boileau devient un des rares champions du Parti conservateur parmi la population francophone.

 

En septembre 1914, le comité du salut canadien-français dont le but est d’aider les chômeurs de la communauté à trouver du travail est organisé sous la présidence d’Adéodat Boileau.

 

Le 23 juillet 1927, Adéodat Boileau est élu président de l’ACFA. À ce congrès, on demande la nomination d’un agronome canadien-français.

 

Source : Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir

01_AMYOT_J-E

1926-1927 Joseph-Étienne Amyot, médecin

La première réunion du comité provisoire de l’ACFA a eu lieu à St-Joachim le 19 janvier 1926 et lors de cette réunion, le docteur Amyot est élu unanimement comme premier président de l’ACFA.

 

Il est décédé en 1972 à l’âge de 90 ans.

 

Source 1: Les 60 ans de l’ACFA 1926-1986 Livret souvenir
Source 2 : D’année en année – France Levasseur-Ouimet

bane_boutique04

X