20201030 – Dévoilement du plan d’action 2020-2023 de la politique en matière de francophonie de l’Alberta : Quelques avancées, mais toujours aucune action sur des enjeux prioritaires de la francophonie albertaine

COMMUNIQUÉ

 

DÉVOILEMENT DU PLAN D’ACTION 2020-2023 DE LA POLITIQUE EN MATIÈRE DE FRANCOPHONIE DE L’ALBERTA :

Quelques avancées, mais toujours aucune action sur des enjeux prioritaires de la francophonie albertaine

 

 

EDMONTON, LE 30 OCTOBRE 2020 – L’ACFA a pris connaissance du Plan d’action 2020-2023 de la Politique en matière de francophonie du gouvernement de l’Alberta dévoilé hier en fin de journée.

« Le Plan d’action démontre quelques avancées. Mais nous nous questionnons à savoir où sont les actions concernant des enjeux prioritaires de la francophonie albertaine ? Depuis plusieurs mois, la campagne Sauvons Saint-Jean a été entamée afin de mettre en lumière la situation extrêmement précaire du Campus Saint-Jean. Dans son Plan d’action, le gouvernement albertain parle des retombées économiques positives liées à la croissance de sa population francophone et cite même une étude du Conference Board du Canada. Cependant, aucune solution n’est proposée pour appuyer notre seule institution postsecondaire de langue française, celle-là même qui contribue à la formation de cette main d’œuvre bilingue qualifiée et qui appuiera l’Alberta dans sa reprise. » se désole la présidente de l’ACFA, Sheila Risbud. « Plus encore, le gouvernement de l’Alberta indique vouloir aller chercher sa juste part du financement fédéral pour les langues officielles. Eh bien, le gouvernement fédéral a offert 3,7 millions de dollars pour appuyer les infrastructures du Campus Saint-Jean ; nous attendons seulement la contrepartie provinciale afin que ce projet essentiel aille de l’avant. Qu’attend le gouvernement ? »

L’ACFA s’inquiète aussi des initiatives liées au secteur de l’éducation, fondamental pour la francophonie albertaine. « Dans le document, on nous abreuve de belles paroles sur l’histoire et les contributions de la francophonie albertaine, mais des recommandations tentent d’effacer ceci dans la réforme des programmes d’études sociales et d’arts. Nous devons continuellement nous battre pour simplement maintenir nos acquis. Nous avons besoin de signes concrets et cohérents. » mentionne madame Risbud.

L’ACFA attendait ce plan d’action depuis le mois de mars dernier. Hier matin, afin de donner suite à une rencontre qui a été reportée à deux reprises, la présidente de l’ACFA avait écrit à la ministre Leela Aheer et à la secrétaire parlementaire Laila Goodridge afin d’obtenir une nouvelle rencontre pour discuter du prochain Plan d’action, de sa mise en œuvre et des démarches que le gouvernement compte entreprendre en vue de combler le poste de direction générale du Secrétariat francophone, poste primordial pour assurer la mise en œuvre de la Politique en matière de francophonie.

« En tant qu’organisme porte-parole de la francophonie albertaine, il est essentiel pour nous de continuer nos échanges avec le gouvernement albertain en ce qui concerne le développement et l’offre des services en français. Après tout, la collaboration et le dialogue sont fondamentaux à la mise en œuvre de la Politique. » invoque Sheila Risbud.

L’ACFA reconnaît quelques initiatives qui auront un impact positif sur l’avancement des services en français en Alberta, notamment la reconnaissance de la Société historique francophone de l’Alberta comme organisme provincial voué au patrimoine, une doléance de longue date, un appui financier au Centre de santé communautaire Saint-Thomas et la création d’un répertoire des services de santé offerts en français ainsi que des efforts louables en traduction et en communication. Au cours des prochaines semaines et en concertation avec les chefs de file, l’ACFA procédera à un bilan de l’ancien Plan d’action et à une analyse plus détaillée de ce nouveau Plan.

Rappelons que la Politique en matière de francophonie a pour but de reconnaître les contributions et de renforcer la vitalité de la francophonie albertaine, en plus de permettre aux Albertains d’expression française d’avoir accès à des services équivalents à ceux offerts en anglais et selon les priorités identifiées par la communauté francophone.

Depuis 1926, l’ACFA est l’organisme porte-parole de la communauté francophone de l’Alberta. Son rôle est de faire valoir les intérêts de cette dernière et d’assurer son développement global.

 -30-

 

Pour information :
Alexandra Ventura-Giroux, gestionnaire aux affaires publiques, ACFA
T 780.466.1680 poste 217
C 514.709.9188
a.ventura-giroux@acfa.ab.ca

 

 

 

X