20180228 – Budget fédéral 2018 : des signes encourageants, mais plusieurs détails à clarifier

EDMONTON, LE 28 FÉVRIER 2018 – L’ACFA a pris connaissance du budget fédéral déposé hier par le ministre des Finances, l’honorable Bill Morneau. Bien que de nombreux détails soient toujours à clarifier afin de connaitre l’impact réel sur la communauté francophone de l’Alberta, l’ACFA se réjouit de l’engagement du gouvernement à appuyer les communautés de langues officielles en situation minoritaire.

« Bien que le montant annoncé soit moindre que celui demandé par les communautés francophones d’un bout à l’autre du pays, nous accueillons positivement la bonification du prochain plan d’action sur les langues officielles de 400 millions de dollars sur cinq ans. » note le président de l’ACFA, monsieur Marc Arnal. « Par ailleurs, nous sommes ravis que le ministre Morneau ait réaffirmé publiquement que la dualité linguistique fait partie intégrante de l’histoire et de l’identité du Canada et que le gouvernement comprend les défis auxquels sont confrontées les communautés de langue officielle en situation minoritaire. C’est un pas dans la bonne direction. »

En effet, l’ACFA perçoit que les communautés ont été entendues en partie lors des consultations grâce aux priorités identifiées par le gouvernement : immigration, petite enfance, culture et patrimoine, santé, justice, radio et journaux communautaires, éducation. Cependant, parmi les détails qui sont à confirmer, il reste à savoir de quelle façon les investissements seront faits. « Si les sommes additionnelles sont injectées directement dans les communautés, elles pourraient nous aider à faire beaucoup de chemin en vue d’appuyer les Albertains qui souhaitent vivre en français. Nous avons donc hâte de prendre connaissance des détails du prochain plan d’action dans les semaines à venir. » ajoute monsieur Arnal, qui affirme dans le même souffle que l’ACFA « appuie déjà fortement l’éducation en français ainsi que l’éducation postsecondaire comme étant des piliers de l’avenir du français en Alberta. En ce sens, la situation précaire du Campus Saint-Jean affecte toutes les autres priorités. »

Rappelons aussi que les attentes de la province de l’Alberta sont élevées. « En juin dernier, le gouvernement albertain adoptait sa première Politique en matière de francophonie. Pour en assurer la mise en oeuvre, il est essentiel que le gouvernement fédéral supporte notre Secrétariat francophone et notre province avec une bonification substantielle de l’enveloppe Canada-Alberta. » poursuit monsieur Arnal.

Enfin, l’ACFA s’engage également à poursuivre le travail en vue de bonifier l’entente Canada-communauté, qui finance la majorité des organismes francophones de la province et qui n’a pas augmenté depuis plus de dix ans. Soulignons que la pression est énorme sur les organismes communautaires, la population de langue maternelle française en Alberta ayant augmenté de 28,9% au cours des 10 dernières années et de 55,5% au cours des 25 dernières années, en plus de se diversifier considérablement. « Notre communauté joue un rôle essentiel dans ce qui caractérise la société canadienne : dualité linguistique et diversité. L’ACFA sera un partenaire du gouvernement pour mettre en oeuvre et promouvoir ces valeurs fondamentales. » conclut monsieur Arnal.

Depuis 1926, l’ACFA est l’organisme porte-parole de la communauté francophone de l’Alberta. Son rôle est de faire valoir les intérêts de cette dernière et d’assurer son développement global.

 

-30-

 

Pour information :

Hélène Guillemette, gestionnaire des affaires publiques

h.guillemette@acfa.ab.ca

T 780.466.1680, poste 217

X